Le terme lotissement évoque parfois la « France moche » comme a pu le titrer un grand hebdomadaire français. Cette étude permet de resituer la place de cette forme urbaine depuis la période expérimentale de l’après-guerre jusqu’à nos jours et de réfuter cette image souvent injuste.

La sélection présentée dans ce livre offre une variété de contextes et d’organisations à même de révéler les caractéristiques et l’identité des lieux, de créer des paysages cohérents et d’avoir valeur d’exemple du point de vue de l’expérimentation de nouvelles dispositions spatiales ou d’implantation. La majorité des ensembles d’habitat individuel présentés dans cet ouvrage ont été conçus par des architectes, à l’exception de quelques-uns réalisés par des ingénieurs ou d’autres, en autoconstruction.

Pour dépasser le poncif du lotissement pavillonnaire périurbain tant désiré et décrié à la fois, la sélection proposée examine des situations diversifiées, offrant un large éventail dans le traitement des problématiques rencontrées. Les questions de la conception du logement, de son rapport à l’extérieur depuis l’échelle domestique jusqu’au grand paysage, sont abordées dans des textes spécifiques qui viennent enrichir les fiches.

En outre des architectes de renom reviennent sur leur réalisation et expliquent la façon dont ils ont abordé la question du groupement de maisons.