Archives pour la catégorie Midi-Pyrénées Patrimoine

Midi-Pyrénées Patrimoine

Le patrimoine d’Occitanie (ex-Midi-Pyrénées Patrimoine) – n°47 – hiver 2016

patrimoine_47Au Château de Soule (31), des architectes bordelais de l’agence Ballot & Franck conjuguent avec audace restitution historique et construction métallique contemporaine.

Dossier Villes et pays d’art et d’histoire. 23 sites d’exception d’Occitanie

  • Bâti pour durer. Réseau à vocation éducative, le label Villes et Pays d’art et d’histoire met les patrimoines à la portée de tous. Depuis 30 ans, ce modèle original de partenariat entre l’état et les collectivités locales s’adapte à la diversité et à l’évolution des territoires.
  • Six cas de figure. Qu’ils soient élus, ou professionnels, les acteurs des villes et Pays d’art et d’histoire oeuvrent avec passion au rayonnement de leur patrimoine et de leur territoire.
  • Figeacois, une fierté retrouvée. Figeac avait perdu le goût de son coeur historique. La création du secteur sauvegardé puis l’obtention du label ville d’art et d’histoire ont fait l’effet d’une baguette magique sur les figeacois devenus de fiers ambassadeurs de leur ville.
  • Grand Rodez, le bâti contemporain au coeur des enjeux. L’agglomération ruthénoise est labellisée Pays d’art et d’histoire depuis février 2014. L’une de ses ambitions est de protéger et de valoriser les éléments marquants du patrimoine récent.
  • Najac, la renaissance de la maison du gouverneur. Najac, avec son château fort du XIIIème siècle, est l’un des fleurons de patrimoine régional. La maison du gouverneur, vaste demeure médiévale enfin restaurée, y accueillera le centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine du Pays d’art et d’histoire des Bastides du Rouergue.

Lire la suite

Midi-Pyrénées patrimoine – n°46 – été 2016

routes du vinFernand Pouillon, 30 ans après. Pour le trentième anniversaire de sa disparition, un colloque à Rodez a mis en lumière l’actualité de sa pensée et de sa pratique.

Créée ex Nihilo par Jean Balladur comme ville de vacances, la Grande Motte est un témoignage inaltéré des années 1960.

Dossier Châteaux et routes du vin

  • Le vignoble de Banyuls a évolué; surtout depuis le phylloxéra, sa spécificité a changé malgré l’image ancestrale donnée par le discours promotionnel. Le paysage viticole devient un argument historique, patrimonial, qualitatif, où le vrai et le faux se mêlent dans l’espoir de vendre du vin.
  • Du Cahors au Malbec, une mise en récit. Grâce au repositionnement autour de son cépage d’origine, le malbec, et à de nouveaux outils de promotion, le vin de Cahos amorce un renouveau qui passe par une meilleure connaissance de son histoire grâce aux recherches d’historiens.
  • Vallée de la Peyne. Aux abords de Pézenas, les berges de la Peyne ont connu une importante occupation. les anciennes métairies sont transformées en domaines viticoles. Ils connaissent aujourd’hui un renouveau grâce à une production qualitative et à l’oenotourisme.
  • Saurs, château viticole modèle en Gaillacois. Un vaste chai occupe toute la partie basse de l’édifice, consacrant ainsi une organisation qui veut assimiler qualité architecturale et prestige de la production viticole.
  • Les châteaux viticoles de Viggo Dorph-Petersen. La construction de châteaux viticoles, comme celle des caves coopératives, est une des pages de l’épopée vitivinicole. Si les bâtiments coopératifs relèvent de la nécessité, les grands édifices particuliers témoignent de la réussite de leurs commanditaires qui font appel à des architectes.
  • L’architecture des caves vinicoles et le régionalisme. On construit des caves coopératives depuis 30 ans. Edifiées dans une zone où l’identité régionale est forte, les caves du Languedoc répondent cependant plus souvent à une fonction.
  • Le domaine de Flaugergues, dès 1975, l’oenotourisme. Site exceptionnel au coeur de la métropole montpelliéraine, un château, un jardin, une famille et des vins d’excellence. Toutes les conditions pour la réussite d’un oenotourisme local, régional et déjà mondial.

Midi-Pyrénées patrimoine – n°45 – Printemps 2016

20160510094829_00001Dossier Les lieux de pouvoir

  • Perpignan, le palais des rois de Majorque : un palais idéal en avance sur son temps.
  • Millau, le palais d’Alphonse II d’Aragon, rare témoin du dernier tiers du XIIème siècle.
  • Le palais des archevêques de Toulouse, préfecture aujourd’hui.
  • Montauban, l’hôtel particulier Prat-Dumiral devient palais de l’intendant puis préfecture du Tarn et Garonne.
  • Les bâtiments toulousains du conseil régional ont 30 ans. Si les usages ont fait évoluer des espaces, les locaux construits par Jean-Pierre Estrampes et ses successeurs, véhiculent le message d’une institution qui sait regarder vers l’avenir en préservant son identité.
  • L’emplacement d’un hôtel de région et son symbolisme architectural disent beaucoup des ambitions politiques qu’ils matérialisent. Comment donner corps dans les années 80 à la région Languedoc-Roussillon ?
  • Inauguré en 2011 sur le bord du Lez, l’hôtel de ville de Montpellier est l’un des emblèmes de l’urbanisme fluvial.
  • Naissance d’une région. Entre Toulouse et Montpellier, un équilibre à réinventer.

Midi-Pyrénées Patrimoine – automne 2015 – n°43

  • CouvSolo43-320x405Dans le Lot, une mégapole de rêve. Chaque été depuis 2005, le Parcours d’art contemporain en vallée du Lot égrène dans les villages situés sur la rivière entre Cajarc et Saint-Cirq-Lapopie, les oeuvres qu’une dizaine d’artistes ont créées sur place. Le collectif Raumlaborberlin a, lui, fait pousser une mégapole d’un million d’habitants sur les rives.
  • Le mémorial du camp de Rivesaltes élève vers l’horizon une pierre en béton, dont la rigueur souligne ce que fut ce camp de concentration et de détention.
  • Dans le secteur sauvegardé de Cahors, le suivi des chantiers de restauration permet de nombreuses découvertes.

Midi-Pyrénées patrimoine – n°42 – Été 2015

midi-pyrenees-patrimoine-juillet-aout-2015À Rodez, dans l’ombre de la cathédrale, Claude Lévâque déploie un parcours mystique en trois œuvre, du musée Fenaille au musée Soulages. Des oeuvre qui concilient communication directe et références savantes.

Dossier De si beaux jardins…

  • Montpellier, le plus ancien jardin des plantes. D’abord destiné à l’enseignement de la pharmacie sous Henri IV, il devient aussi un haut lieu littéraire et un promenade très fréquentée.
  • Cahors, des jardins au pied des murs.Les jardins secrets ont poussé dans les trous de la vieille ville de Cahors, ses dents creuses et ses espaces délaissés. Cet itinéraire thématique invente un nouveau modèle d’espace urbain.
  • Bournazel. Inventer un jardin de la première renaissance. Le plus beau château rouerguat de la renaissance avait perdu son jardin depuis longtemps. Comment et sur quelles bases en recréer un ?
  • Nîmes, le classicisme des jardins de la Fontaine. Une source abondante d’importants vestiges romains et la volonté de capter l’eau sont à la base d’un programme qui allie l’utile et le beau.
  • Nîmes, des jardins d’usage et de raison.
  • Le jardin de Massey de Tarbes, une oasis dans la ville.
  • Ouveillan, un château viticole et son jardin à la belle époque.
  • La villa Guyà Béziers, un jardin à la française d’inspiration mediterranéenne et orientale.
  • Aude, une rosace pour se souvenir.
  • Cordes sur Ciel, des terrasses vers le paradis.

Midi-Pyrénées patrimoine – n°40 – hiver 2014-2015

  • MPP40Couv-320x410Les deux arches et le moulin du pont médiéval de Millau sont les objets d’une étude préalable pour leur restauration.

Dossier Patrimoine urbain, un capital qui rapporte ?

  • Carburant qui fait tourner la machine à tourisme, le patrimoine est aussi une ressource d’équilibre au coeur des actions sociales, éducatives et culturelles des villes. Exemples à Figeac et Auch.
  • Grâce à sa renommée, Albi devient une destination d’affaires. Quatre ans après, la ville tire toujours des bénéfices de l’inscription de sa cité épiscopale au patrimoine mondial de l’humanité.
  • Comment attirer une population aisée dans un centre ancien qui se paupérise ? Pour rendre le Cahors médiéval désirable, la ville a demandé à des étudiants en architecture de plancher sur le quartier Chico-Mendès.
  • Élevé sur les vestiges d’un château fort, le centre d’art et de design, la cuisine, invite à sa table de la création les artistes et les habitants de Nègrepelisse (82).
  • Grâce à l’ouverture du musée Soulages, Rodez espère augmenter considérablement ses revenus touristiques. Quel que soit, à terme, le verdict des chiffres, la donne urbaine et culturelle a changé. C’est pour Rodez, le temps des musées.

Midi-Pyrénées patrimoine – n°38 – été 2014

CouvMPP38-320x421L’abbaye et l’église du Monastère, commune de l’agglomération du Grand Rodez, viennent d’être inscrites au titre des monuments historiques.

Dossier La couleur des murs, la peau et le fard

Causse noir, Quercy blanc, Rougier de Marcillac, villes roses ou rouges du Midi, les indications de couleur enregistrées par les géographes disent bien ce que les yeux voient dans le paysage et sur les murs. Il serait pourtant dangereux de croire à des permanences…

  • Rougier de Marcillac-Vallon, au pays du grès rouge. Le grès rougi par l’oxyde de fer, confère à cette région naturelle du Rouergue une forte personnalité.
  • Quercy blanc, les couleurs d’un terroir. De l’architecture aux labours, la blancheurs construit un paysage singulier, où d’autres teintes viennent s’inscrire en contrepoint ponctuel ou saisonnier.
  • La brique rouge, une culture architecturale. L’héritage de l’antiquité pèse sur l’architecture et l’identité méridionales.
  • Toulouse, pas si rose… de la fausse pierre à la brique blanche. Une grande variété de traitements des façades à Toulouse.
  • Toulouse, ville rose et rouge. Les dessous d’une épithète. En discussion, le surnom de ville rouge ou rose avant de définitivement adopter le rose comme slogan touristique.
  • Façades, les règles de l’art. La brique ancienne se conserve parfois assez mal. Les architectes des bâtiments de France arrivent comme médecins avec leurs remèdes.
  • Haute-Garonne, les couleurs, l’esprit et la charte.
  • Urbanisme, couleur sur la ville. La couleur, expression d’une identité et d’une unité urbaines, réglementée par les pouvoirs publics, plébiscitée par les citadins.

Midi-Pyrénées Patrimoine – n°37 – Printemps 2014

couvmpp37-320x410Rodez – ouverture du Musée Soulages. Perrault à Albi, RCR Arquitectes à Nègrepelisse.

Dossier Hôpital : servir Dieu, soigner l’homme

  • Instruments du musée d’Histoire de la médecine de Toulouse, par Didier Taillefer
  • L’hôpital. De la piété, et la pitié, à la santé, par Christian Mullier
  • Lavaur. De la soie aux soins, par Céline Vanacker
  • Lectoure. Le château des indigents, par Gaëlle Prost
  • Bigorre. Du crucifix au bistouri, par Thibaut de Rouvray
  • Tarn-et-Garonne.Portraits des gens de bien, par Emmanuel Moureau
  • L’hôpital Jean-Rougier de Cahors. De la charité à la médaille de la Résistance par les étudiants du master patrimoine de Cahors
  • Rodez. Arrêt sur images avant reconversion de l’ancien hôpital général, par Diane Joy
  • Aveyron. André Boyer, un architecte hospitalier méconnu, par Monique Dugué-Boyer
  • Institut Claudius-Regaud. 90 ans de lutte contre le cancer, par Didier Foucault et Olivier Munoz
  • Saint-Joseph-de-la-Grave. Entre ville et hôpital, par Dominique Crébassol

Midi-Pyrénée Patrimoine – n°36 – hiver 2013/2014

MP Patrimoine-Couv36Maison d’architecte. Visite de la maison de l’architecte Bernard Bachelot, figure majeure du modernisme architectural toulousain.

Patrimoine du XXème siècle – La DRAC a commandé à AARP un inventaire des bâtiments en Midi-Pyrénées au titre du label patrimoine du XXème siècle. Les CAUE y prennent part aussi.

Dossier Villes d’eaux, patrimoine en devenir.

  • Les thermes des Pyrénées – références antiques et rêve de modernité.
  • Urbanisme – Quand les thermes font la ville. Conçue comme une machine à guérir, la ville thermale organise les différents lieux des curistes.
  • Bagnères de Luchon – Quelle architecture pour la villégiature ?
  • Encausse-les-Thermes. Dans les thermes, la vie d’artiste. Les bâtiments du XIX siècle ont été réhabilités pour accueillir des artistes en résidence de création.

Midi-Pyrénées Patrimoine – n°35 – Automne 2013

midi-pyrenees-patrimoine-35Et si on parlait développement durable…

Quelle est la place du patrimoine dans la quête du développement durable ? Parce qu’il contribue à l’identité d’un territoire, qu’il est un bien culturel durable et transmissible entre générations, le patrimoine répond aux objectifs d’un développement équilibré basé sur les ressources des territoires, leur préservation et leur mise en valeur. Les ateliers du Patrimoine organisés par la région plancheront sur la relation entre principes de développement durable et renouvellement des politiques publiques en faveur du patrimoine.

  • Entretien avec Dominique Salomon, vice-présidente du Conseil Régional de Midi-Pyrénées.
  • La restauration de la Villa Romme à Bagnères de Bigorre, montre qu’un propriétaire privé peut réhabiliter un bâtiment historique et y aménager des appartements à loyer modéré.
  • Pour accompagner les mutations de son territoire, le Pays Vignoble Gaillacois, Bastide et Val Dadou mène une politique d’équilibre entre vie rurale et développement urbain – essor économique et qualité de vie.
  • Inventaire du patrimoine vigneron par le CAUE 81
  • L’écoquartier de l’Hermiès, à Cajarc, fait la démonstration que l’on peut aujourd’hui construire du neuf et habiter aux portes d’un bourg médiéval et en dessiner les nouveaux contours.
  • Atout durable proposé aux collectivités locales, l’Aire de Mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine est expérimentée à Lombez où l’on s’interroge sur la qualité du bâti, à Alzen sur celles des paysages agro-pastoraux.
  • La révision du secteur sauvegardé de Cahors a permis d’engager un chantier de résorption de l’habitat indigne et d’amélioration de l’efficacité énergétique du bâti ancien. Une des premières opérations « quartiers anciens durables ».