urbanisme 55 HSDossier L’individu créateur de ville

« On ne peut plus faire la ville pour ses habitants, il faut la construire avec eux ». De l’intention à sa concrétisation, le chemin est évidemment délicat (…)
De nouvelles initiatives citoyennes, portées par des individus, des associations, des collectifs, des groupements informels ou des entreprises du secteur de l’économie sociale et solidaire ouvrent des espaces propices à l’appropriation de la ville par les habitants, à leur expression, à leur créativité et à l’échange. Elles illustrent d’autres manières de « faire cité », comme le résume Jean Rottner, maire de Mulhouse et président de la FNAU. Ces transformations, aussi minoritaires et peu visibles soient-elles, interpellent les élus et tous les professionnels.
L’expertise des usagers, le vécu des habitants et les aspirations des citoyens peuvent-ils devenir l’alpha et l’oméga des projets urbains ? Il est trop tôt pour s’en assurer. Mais le besoin est là, son expression prend de l’ampleur, les pratiques s’en trouvent modifiées. Les changements de vocabulaire en témoignent. Les mots commençant par le préfixe co- ont le vent en poupe. On parle désormais de co-production de la ville, du quartier, de l’immeuble et même des politiques publiques. On évoque la co-élaboration, dans la relation pouvoirs publics-citoyens comme entre citoyens eux-mêmes. La co-création, co-fabrication ou co-invention sont à l’ordre du jour.

Partir des aspirations
L’usager citoyen
L’heure des expérimentations