Archives pour la catégorie Urbanisme

les ouvrages sur le thème de l’urbanisme.

Espaces publics des centres-bourgs – ed. Cerema – 2016

2016-12-09_14_33_52-EspacesPublics-4P-Imprime-2697eCet ouvrage destiné aux élus locaux montre un large éventail d’aménagements possibles, à la fois adaptés au contexte et abordables. Il propose aussi quelques outils pour agir.

Certains des aménagements mis en lumière mettent l’accent sur l’insertion paysagère, d’autres sur l’intégration de l’eau et de la nature, la mise en valeur du patrimoine local, sur la promenade et la détente des habitants, ou encore sur la mise en lien avec les équipements et services existants…

Le but est de donner aux élus locaux l’envie de réaliser des aménagements qui rendent les centres-bourgs plus attractifs et plus vivants, en favorisant les différents types d’usages de ces espaces publics. L’ouvrage présente un ensemble de références illustrées accompagnées de clés de lecture de ces espaces publics réaménagés afin de les rendre plus attractifs et conviviaux.

Ville perméable. L’eau, ressource urbaine – ed. ici interface – 2015

ville_perméableCet ouvrage réunit un panorama de la création française dans le domaine de la gestion des eaux pluviales et de ruissellement en milieu urbain. Sans être exhaustif, il explore la richesse et la diversité des approches paysagères et des solutions techniques développées, voire inventées.

A l’échelle tant urbaine que périurbaine, les écosystèmes qui sont ainsi préservés ou créés, autonomes ou connectés entre eux, y sont mis en perspective, montrant l’importance du phénomène environnemental en cours. Progressivement, les villes se transforment en d’immenses « éponges vertes », métaphore illustrant le terme « éponge city », aujourd’hui largement employé en Asie.

Lotissement avec architectes. Les jardins de la Pirotterie – S. Guth et FX Trivière – Creaphiséditions – 2015

518WPpsJVgL._SX372_BO1,204,203,200_Le lotissement « Les Jardins de la Pirotterie » est une des opérations de logement les plus innovantes de ces vingt dernières années : il s’agit d’un programme de maisons locatives HLM, dans la ville de Rezé, au sud de Nantes, déjà connue pour la deuxième Unité d’habitation de Le Corbusier (1950-55) et pour des maisons en bande du tout jeune Dominique Perrault (Les Cap-Horniers, 1982-86). Les Jardins de la Pirotterie s’inscrit dans le mouvement, qui, au début des années 2000, a voulu introduire la maison populaire dans le marché des architectes et dans le champ culturel de l’architecture, comme en témoigne aussi les opérations de la cité Manifeste (Mulhouse), du Domaine de Sérillan (Bordeaux) ou de la cité du Petit-Betheny (Reims), qui elles aussi ont fait date et ont été très publiées.

La singularité des Jardins de la Pirotterie est que le collectif d’architectes Périphériques a voulu le concevoir comme un lotissement, c’est-à-dire en divisant un terrain en lots attribués à des architectes différents. Très médiatisé et généralement très critiqué pour son architecture pas ordinaire, le lotissement de la Pirotterie n’avait, jusqu’à aujourd’hui, pas été l’objet d’un discours distancié, réfléchi, construit, donnant la parole aux habitants et replaçant cette expérimentation dans le contexte des enjeux de la production du logement au début du XXIe siècle.

Ecrit à partir d’une enquête de terrain de longue durée, l’ouvrage Un lotissement pas comme les autres. Les Jardins de la Pirotterie à Rezé propose, pour la première fois en sciences humaines appliquées à l’architecture, une véritable évaluation globale des enjeux politiques, architecturaux, sociaux et patrimoniaux de la maison individuelle. Il pose un regard neuf sur la place de l’architecture au croisement de la maîtrise d’ouvrage et d’une maîtrise d’usage des habitants. Il est en prise avec l’actualité du logement social en France dans son rapport avec la création architecturale et la qualité environnementale. L’analyse sociologique du discours et l’observation des habitants sont parfaitement appuyées par le regard du photographe américain Mark Lyon, dont les images révèlent combien cette architecture pas comme les autres s’avère stimulante et procure à beaucoup un fort plaisir d’habiter.

Maison individuelle et qualité urbaine – 2015 – Cerema

vignette_maison-f8c18Sans chercher à remettre en cause le modèle de la maison, qui présente pour bien des français une solution de logement intéressante, cette publication met en exergue les avancées possibles pour intégrer davantage de qualité urbaine à l’échelle des projets d’aménagement.

L’analyse de dix opérations d’habitat individuel mises en oeuvre par des opérateurs privés montre notamment en quoi les pratiques de ces professionnels sont aujourd’hui susceptibles d’évoluer vers des démarches plus intégrées, conciliant une meilleure contextualisation des projets, une maîtrise des coûts de sortie et une déclinaison opérationnelle d’objectifs d’aménagement durable.

Le lotissement des Terres du Sud à Sainte-Radegonde et le lotissement du Frêne à Laguiole (12) sont présentés à titre d’exemples.

Voir – CAUE 13 – 2013

voir-caue13Parce qu’habiter sans s’étaler est l’enjeu majeur de l’aménagement du territoire des prochaines décennies, le CAUE 13  a mis en place une grande action de sensibilisation, intitulé « DENSE DENSE DENSE » qui a pour vocation de promouvoir la notion de densité résidentielle et d’établir la position du CAUE 13 dans la lutte contre l’étalement urbain.

Il s ‘agit ici de proposer au lecteur une visite guidée de 15 opérations de logements remarquables. Ces projets, choisis pour leur diversité, permettent, à chacun à leur manière, d’éclairer les nombreuses thématiques en jeu dans le projet d’architecture et d’urbanisme, et de montrer les qualités des solutions mises à l’oeuvre par des équipes de concepteurs et de maîtrise d’ouvrage.

Vous pouvez visionner l’ouvrage ici

Le Grenelle de l’environnement et les collectivités territoriales – nouvelles obligations juridiques – CAUE 13

grenelle-environnement Les collectivités territoriales occupent une place centrale dans les politiques liées au changement climatique et plus largement touchant à notre environnement. Elles ont compétences propres, donc des responsabilités directes, dans des domaines affectant principalement les investissements qui construisent l’avenir.

Le CAUE des Bouches-du-Rhone a édité un petit guide récapitulant les répercutions du Grenelle de l’environnement sur les collectivités et les aspects juridiques liées.

Vous pouvez visionner le petit guide ici

Parcours paysager dans les Côtes d’Armor. CAUE 22

Capture d’écran 2014-01-08 à 11.31.28

 

Le CAUE des Côtes d’Armor présente ici, sous forme de fiches synthétiques, des aménagements d’espaces publics réalisés dans le département ces dernières années.

Menées en régie ou par le biais d’un cabinet d’études, ces réalisations présentent toutes des éléments intéressants permettant de mieux concevoir les aménagements.

Essentiellement destinées aux élus et techniciens, ces fiches visent à faciliter leur démarches de projet. Les réalisations sont classées par thèmes différenciés par un liseré de couleur.

Ces fiches renvoient à une documentation plus complète sur le site http://www.caue22.fr/parcours-paysager

(Ré)inventer la zone d’activités – CAUE 44 – 2011

réinventer les ZACDepuis toujours, la ville et l’activité économique entretiennent des liens très étroits. L’implantation des lieux de production et l’évolution des modes de vie ont façonné avec le temps l’identité des territoires et des villes de Loire-Atlantique.

Hier intégrés au contexte urbain et découlant d’un rapport direct entre lieu de vie et lieu de travail, les espaces d’activités se sont vus, au fil du temps, inexorablement « repoussés » aux confins des villes pour finir désormais « émiettés » sur les territoires ruraux, ponctuant ainsi, souvent piètrement mais toujours durablement, les paysages de nos entrées de ville.

Dans un contexte de fort développement économique départemental, le CAUE de Loire-atlantique a donc tout naturellement souhaité réinterroger les enjeux de qualité des zones d’activités, en abordant la répartition spatiale des espaces de vie et de travail sous l’angle de la complémentarité des usages, accompagné d’un désir de paysage, d’architecture et surtout d’urbanisme.

Pourquoi faire d’un secteur d’activités un véritable quartier où les équilibres sociaux, économiques et environnementaux sont parfaitement respectés ? Comment mettre en œuvre des projets où toutes les composantes environnementales, paysagères, urbaines et architecturales ont bien été prises en compte ?

Lire la suite

Le projet urbain participatif. Apprendre à faire la ville avec ses habitants – Ph. Verdier – ed. Adels et Yves Michel – 2009

projet urbainÉlus locaux, militants associatifs, urbanistes, sociologues et intervenants sociaux, architectes, paysagistes, aménageurs et habitants… Tous, nous pensons être les maillons essentiels pour construire la ville, la comprendre, la faire vivre, l’embellir, la dessiner… Tous, nous avons un jour partagé l’intuition que l’amélioration de notre cadre de vie pouvait être le point de départ d’un mieux être, collectif comme individuel. Les uns et les autres, nous éprouvons cruellement la difficulté d’une telle ambition : nos efforts se heurtent à l’incompréhension du grand public, à la frilosité de quelques élus ou à la persistance de problèmes sociaux lourds, trop lourds.

Pédagogique et accessible, tout en faisant découvrir la complexité des faits et des enjeux, cet ouvrage propose à tous ceux qui s’intéressent à la préparation des projets urbains une double initiation, sociale et spatiale, et une boîte à outils complète pour comprendre ce qu’est la ville et la notion très actuelle de projet urbain.

Rarement urbanisme et sociologie se sont complétés avec autant de sens, dessinant au final une philosophie pratique d’action pour la ville, avec ses habitants, présents et à venir.

Les cimetières ruraux de la Somme – Entretenir et valoriser – CAUE 80

cimetiere-somme

Ouvrage réalisé par le CAUE de la Somme.

L’objectif de ce document est d’aider les élus à se poser les questions préalables à tout aménagement ou évolution du cimetière afin de révéler la qualité paysagère et patrimoniale qui fonde son identité et de s’adapter aux besoins actuels et à venir.

Si les cimetières sont des espaces publics, ils restent des lieux de recueillement et de spiritualité à l’écart de l’agitation du monde. Ce guide a également pour objectif de sensibiliser le grand public à ces questions. La délivrance de concession, leur déplacement, l’agrandissement du cimetière, l’installation de nouveaux équipements, l’entretien courant par la commune et les familles sont autant d’actes pouvant nuire à l’image de ce lieu symbolique ou à sa qualité esthétique et patrimoniale.

Dans un premier temps, ce document aide à comprendre les différents éléments qui créent la qualité du cimetière depuis sa situation dans le grand paysage jusque dans le détail des éléments qui le composent.

La seconde partie vise à apporter des réponses pragmatiques concernant la gestion du cimetière. Elle doit également permettre de prendre conscience des écueils à éviter dans un souci d’économie d’espaces et de moyens, dans le respect de l’environnement, du patrimoine communal et de l’identité propre du cimetière.

Enfin, la dernière partie de ce document informe sur les nouvelles pratiques funéraires et des nouvelles “formes” d’aménagement que le cimetière pourra prendre pour s’adapter aux futures demandes des habitants.